Mounas Tété

zikclub

Je Suis Camerounaise Et J'Aime La Musique Electronique

Qui peut s’intéresser à la musique électronique au Cameroun ?

Je Suis Camerounaise Et J'Aime La Musique Electronique

 

La musique, comme toute forme d’art, nous permet de rêver, de s’évader l’espace d’une mélodie. Elle nous donne la sensation que nous n’avons aucune limite si ce n’est notre imagination. Une imagination qui parfois nous pousse à explorer des styles et genres musicaux vers lesquels nous ne nous serions pas volontairement tournés.

La mienne m’a conduit à la musique électronique et je dois avouer que je la remercie. Oui de la musique électronique certes mais de la musique tout de même.

Le précédent article posait la question de savoir si l’EDM (électro dance music) a une place en Afrique et plus particulièrement au Cameroun ? Entre scepticisme et enthousiasme de certains mélomanes « secrets » de l’EDM, j’ai parfois observé avec un certain plaisir (je dois l’avouer), les réflexions faites par les uns et les autres.

La musique électronique serait elle une musique élitiste ? La réflexion qui revient chaque fois que j’évoque ma passion pour la musique électronique est la suivante : « c’est la musique des enfants des riches » entendez ici genre musical apprécié par une classe de privilégies oui parcequ’à contrario on ne comprend comment ayant été bercée par Francis Bebey, les têtes brulées, on serait éprise de Flume ou encore David Guetta (musicalement parlant j’entends bien).

 

 

Alors avant de continuer, je vais essayer de vous éclairer sur l’expression « musique électronique » Selon le site linternaute.com :

« la musique électronique est un genre musical qui est apparu dans les années 1950, et qui se joue à l'aide de matériel musical électronique, souvent avec des plages musicales préenregistrées, puis mixées ».

Oui je sais, il n’ya pas plus vague comme explication et dire que je leur faisais confiance. Qu’à cela ne tienne, nous comprenons que la musique électronique n’est pas un genre musical figé. Elle se diversifie et s’adapte aisément aux autres genres musicaux (Rnb, Hip hop, musique classique..) Nous avancerons progressivement dans le monde de « plages musicales préenregistrées » au fil des articles. Ainsi,  d’ici quelques mois, nous serons tous des ELECTRO KIFFEURS en puissance.

Pour revenir à notre préoccupation à savoir quelle place pour la musique électronique en Afrique ? ma quête de nouveaux éléments en vue d’y apporter un début de réponses m’a récemment permis de découvrir de nouveaux personnages de la scène musicale électronique africaine.

Je commencerais par Pedro Coquenao a.k.a Batida, compositeur de musique et réalisateur angolais .Résidant au Portugal depuis quelques années, c’est dans cet univers culturel hétéroclite qu’il exerce sa passion pour cette musique électronique dont le style est facilement identifiable. En effet, le son développé par Batida est un mix de l’univers EDM sur des samples des musiques angolaises des années 60 et 70. Ce qui confère à sa musique une touche « africaine » sur du son électro. 

 

 

Pour continuer ma saga découverte, je vais vous emmener du cote du sud ouest/nord ouest qui s’avère être une vraie pépinière de beatmakers. So let me introduce you Bine Moukouri, graphiste designer par choix et beatmaker de nature tel qu’il le dit dans sa biographie. Je découvrais il y a quelques jours Ba'ametta Party de Smarty leDrae prod by Bine Moukouri.

 

 

Ba'ametta Party est une composition assez originale dans le sens où elle allie le Njang qui est une musique traditionnelle camerounaise au dubstep qui est un sous genre de la musique électronique. L’idée est assez novatrice car c’est bien la premiere fois que j’écoute ce genre de mélange venant du Cameroun. Le petit hic qui en ressort tout de même est ce manque de fluidité dans la chanson. En effet, les deux parties (Njang et dubstep) prises séparément sont excellentes mais j’ai eu l’impression qu’on les a juste mise cote a cote et donc il y a comme une cassure. Il aurait été plus intéressant d’écouter le mix des deux genres de bout en bout de la chanson mais bon cela n’enlève en rien la compétence de l’artiste surtout que cette composition semble être un premier essai.

Nous connaissons tous Sawa Romance, titre du désormais célèbre, au moins déjà au Cameroun, Locko qui a été repris par Nabila. La version de cette jeune artiste a été remixée par TERVNNO, un producteur Camerounais qui jusque là nous avait habitué aux sonorités rap/rnb/hip hop. Il a donc décidé, avec ce remix de nous faire redécouvrir le titre sous de la Trap (autre sous genre de la musique électronique). La composition est agréable même si je regrette juste que ce ne soit pas très propre, la voix se perd parfois sur le beat Trap donnant l’impression que ca va dans tous les sens. Ce qui lui enlève un peu de son harmonie.

 

 

Ceci dit, mon coup de cœur de ce mois me vient de Buea. Il s’appelle DJ Noskcaj, 21 ans. Son amour pour la musique électronique lui vient de son frère, danseur. Son EP de 03 titres sorti en Décembre 2015 OLYMPUS FELL, est disponible sur sa chaine soundcloud.

Par ailleurs, il annonce la sortie de son premier album EXRATINGS en Janvier 2017. Le son développé par DJ Noskcaj nous rappelle étrangement les années Mangas, léger et frais, avec des tonalités qui nous rappellent  un peu l’univers des jeux vidéo. Son album à venir sera certainement plein de surprises. Pour ma part, je l’attends avec impatience.

 

 

Le constat que nous pouvons tirer de cet article est que la musique électronique est entrain de se frayer un chemin tout doucement dans l’univers musical camerounais. Pour ma part, cela contribue à maintenir la flamme EDM qui est en moi. Mon rêve, passer une soirée tranquille avec des amis sur une playlist EDM made in 237.

 

#EDM #Article #Electronic #Dance #Music

Publié le

05 December 2016

Ecrit par

Emma
0 commentaires
Partager

Articles récents


Nouvel Age D'Or de La Musique Camer Part III Nouvel Age D'Or de La Musique Camer Part III

À quand un age d'or pour cette nouvelle école ?

#

Pascal-Olivier | 11 December 2016

Chronique: Koppo - Je Go Chronique: Koppo - Je Go

Du rap en cam-franglais en 2003 ? Oui, c'est bien Koppo !

#Rap #Chronique #Cam-franglais

Boris.D. | 30 November 2016

Nouvel Age d'Or de la Musique Camer Part II Nouvel Age d'Or de la Musique Camer Part II

Les deux académies de la nouvelle école de la musique urbaine Camerounaise.

#Article #Soul #Rap

Pascal-Olivier | 26 November 2016

Chronique: Reniss - Tendon Chronique: Reniss - Tendon

Et si on parlait du premier album de Reniss, Tendon...

#Afro-Pop #Afro-Soul #Mboko-Pop

Boris.D. | 19 November 2016

Commentaires

Mounas Tété © 2019 · contact@mounastete.com · messenger